Au fil des Nives du Pays basque...

Les cours d'eau de la partie occidentale du département, le Pays Basque,  portent le nom de « Nives ». Ces rivières coulent depuis les sommets basques, français ou espagnols, pour rejoindre la Grande Nive, puis le fleuve Adour à hauteur de Bayonne.


Les cours d’eau basques, contrairement aux béarnais, sont très faiblement impactés par le phénomène de  fonte des neiges. En effet, les plus hauts sommets basques n'atteignant que rarement plus de 1500 m d’altitude, et étant de surcroît soumis aux influences maritimes venues de l'Océan, la neige ne peut pas s'accumuler en quantité sur le massif.

 

Ce climat, propre au Pays Basque, permet aux rivières de nous offrir une qualité de pêche exceptionnelle dès le mois de mars jusqu'à septembre. Les truites, localement comparées à des panthères, en référence à la grosseur des points noirs de leur robe, ne souffrent que peu de la froideur de l'hiver, et démontrent une croissance et une force exceptionnelles tout au long de la période de pêche.

La Nive des Aldudes

Nive des Aldudes, à Baïgorry
La Nive des Aldudes, à Baïgorry

Cette somptueuse rivière offre de nombreux aspects depuis sa source, sur les hauteurs d'Urepel, jusqu'à sa confluence avec la Grande Nive à hauteur de Saint-Martin-d'Arrossa. D'une dizaine de mètres de large en moyenne, son alternance entre tronçons tumultueux et grands lisses permet une pêche toujours excitante et la possibilité de pratiquer toutes les techniques. 

 

D'un point de vue purement halieutique, cette Nive est celle dont la taille moyenne des truites est la plus élevée, et sa densité en gros sujets y est la plus importante des rivières du Pays Basque.

 

Tantôt dans un environnement sauvage et préservé, tantôt en pleine ville, sous le pont romain de Baïgorry ou devant la terrasse de l'Hôtel Arcé, on ne s'ennuie jamais au bord de cette rivière, que l'on pêche à la mouche ou aux appâts naturels...

 

La Nive d'Arnéguy

La Nive d'Arnéguy, à St-Jean-Pied-de-Port
La Nive d'Arnéguy, à St-Jean-Pied-de-Port

Cette petite rivière, qui n'est autre que la frontière entre la France et l'Espagne au-dessus du village d'Arnéguy, est caractérisée par ses eaux plus que limpides et une densité piscicole très intéressante. C'est la rivière la plus poissonneuse du bassin des Nives.

 

Souvent sauvage, encombrée et offrant des parcours plutôt sportifs, elle demeure néanmoins très agréable à pêcher pour qui sait l'aborder de façon méticuleuse.

 

Après avoir dévalé les pentes espagnoles puis la vallée d'Arnéguy, ses eaux viennent mourir dans celles du Laurhibar et de la Nive de Béhérobie, à Saint-Jean-Pied-de-Port, aux "trois eaux".

 

La Nive de Béhérobie

La Nive de Béhérobie
La Nive de Béhérobie

C'est à 360 mètres d'altitude, au pied du Mendi Zar, sommet espagnol, que cette rivière prend naissance aux mythiques "sources de la Nive". Elle surgit là d'entre les rochers pour arroser Esterençuby, Saint-Michel, et rejoindre le Laurhibar puis la Nive d'Arnéguy au lieu dit "les trois eaux", à Saint-Jean-Pied-de-Port.

 

Jusqu'à Saint-Michel, son cours est sauvage et encaissé, idéal pour les amateurs de sport et de sollitude. Il s'assagit ensuite, devenant plus accessible, jusqu'à sa confluence avec les eaux du Laurhibar.

 

Cette rivière est très poissoneuse et les chances d'y faire de très belles pêches n'y sont pas exclues. Et malgré sa taille modeste, de belles surprises peuvent avoir lieu concernant la taille de ses habitantes tâchetées...

 

Le Laurhibar

Le Laurhibar
Le Laurhibar

Cours d'eau moins agité que ses soeurs les Nives, le Laurhibar transporte des eaux provenant du massif d'Iraty. Très sauvage dans sa partie amont, il devient plus accessible aux alentours de Mendive, et offre aux pêcheurs des secteurs où ils se surprendront à rêver, auprès de nombreux méandres où se sont créées de profondes fosses.

 

Cette rivière abrite, pour notre plus grand bonheur, une bonne densité de gros poissons. Il est possible de les séduire aussi bien à la mouche qu'aux appâts naturels.

 

Sur sa partie aval, après avoir traversé Saint-Jean-Le-Vieux, Ispoure et Saint-Jean-Pied-De-Port, ses eaux viennent se mêler à celles de la Nive de Béhérobie.

 

La Grande Nive

La Grande Nive, à Bidarray
La Grande Nive, à Bidarray

Née à Saint-Jean-Pied-De-Port, de la rencontre entre le Laurhibar, la Nive de Béhérobie et celle d'Arnéguy, la puissante et majestueuse Nive se verra rejoindre à son tour par la Nive des Aldudes, quelques kilomètres en aval. Cette grande rivière parcourt ensuite le Pays Basque en direction de Bayonne et de l'Océan Atlantique.

 

Véritable paradis pour traquer les grosses truites de bordure en mouche sèche ou en nymphe à vue, la Grande Nive ne sera pas moins intéressante à prospecter avec la technique du toc en grande dérive.

 

Il est indispensable de bien connaître la Nive et ses humeurs pour y réussir ses parties de pêche, d'où l'utilité de faire appel à un guide. Mais lorsque l'on sait dompter la belle et ses truites, les journées de pêche y sont toujours inoubliables...

 

Le Bastan

Le Bastan est une rivière atypique. "Pourquoi?" Me direz-vous... tout simplement car elle est différente des autres rivières du territoire. Cela est dû au fait que ce cours d'eau coule sur un substrat de grès rouge (la pierre de la Rhune), alors que les autres Nives serpentent dans des roches plus ou moins calcaires. Son fond rougeâtre confère à ses eaux une luminosité et une limpidité qui étonne encore les pêcheurs locaux les plus aguerris .

 

Mais les truites du Bastan ont aussi leur petit caractère... la pêche dans ce ruisseau doit être chirurgicale pour être réussie. Cependant c'est toujours un réel plaisir que de se trouver dans la vallée encaissée et sauvage de ce cours d'eau plein de surprises, pratiquable aussi bien aux appâts naturels qu'à la mouche artificielle.

 

 

L'Iraty

L'Iraty, Iratiko Erreka dans sa partie française, est unique en son genre dans notre écrin de verdure. Si cette rivière prend sa source dans le massif des Escaliers, sur les hauteur d'Iraty, son bassin versant s'étale ensuite versant espagnol des Pyrénées. Le rio Irati, en Espagne, est un des principaux affluents de l'Aragon.

Les eaux de l'Iraty allant finalement se mêler à celles de la Mer Méditerranée, cela fait de ce cours d'eau le seul du Pays basque peuplé de truites farios de souche méditerranéenne.

 

Ces poissons sublimes, immaculés de nombreux petits points noir et rouges, et souvent zébrées, raviront les pêcheurs amateurs de montagne et de rivières sauvages!

Dans la vaste forêt d'Iraty, la pratique de la pêche à la mouche est toujours une partie de plaisir. Air pur et paysages seront au rendez-vous...

Partenaires / liens

Rejoignez-moi sur Facebook!
site web FFMGP
Site web Mouches de Charette
Site Tenkara Pyrénées
site de la Fédé de pêche 64
Site du Comité Départemental du Tourisme
Site Pêche 64
Devenez Guide de Pêche